Fiona Schmidt.

Fiona Schmidt

(from Fiona Schmidt)

Dans la vie, on peut faire tout un tas de rencontres: amicales, professionnelles, inspirantes… La liste est longue. Aujourd’hui, je voulais aborder une rencontre virtuelle, certes, mais que je qualifierais de grandement inspirante. C’est celle de la journaliste de mode Fiona Schmidt, aujourd’hui journaliste pour Grazia. Je l’ai d’abord connue grâce au magazine de mode Be il y a plus de deux ans, et je suis restée admirative dès la lecture de sa première chronique. Quel humour corrosif et communicatif. En bref, Fiona Schmidt, c’est une énorme personnalité et un immense fashion journalist potentiel dont elle nous livre les clés sur son blog. Présentation girls.

D’où tiens-tu cet humour et ce second degré à toute épreuve?

Du facteur ? De la cigogne ? Ou de mon père, qui a un sens de l’humour très pince-sans-rire, et un vrai don pour inventer des expressions qui sont devenues des classiques de la famille, et que j’emploie souvent dans mes papiers : « être déchiré comme un drap de pauvre », « être rond comme une queue de pelle », « se coiffer avec les pattes du réveil »… C’est de lui.

Qu’est-ce qui te plaît le plus dans ton métier?

Tout me plaît dans mon métier : c’est celui que je veux faire depuis que j’ai 8 ans. Mais plus que tout, j’aime apprendre, découvrir des choses et surtout des gens. Je suis boulimique de rencontres.

Quel est ton rêve le plus fou?

Partir deux mois en Inde, seule avec mon sac à dos et mon chat. Malheureusement, je ne pense pas qu’il aimerait beaucoup le trip back pack… J’adore voyager très loin, très seule : c’est le moyen le plus efficace pour déconnecter totalement, et rencontrer vraiment les gens. Dans deux semaines, je pars au Pérou, sans le chat, hélas… J’ai hâte!

Tu échangerais volontiers ta place contre celle de…?

Gisele Bundchen : j’aimerais bien savoir ce que ça fait d’avoir un corps pareil, et de ne bouffer que des graines et de l’herbe bio. Et de commander des sacs Chanel comme moi je commande des pizzas – sauf que je les paie, moi.

Quelle est ton icône mode?

On me pose souvent la question, et à chaque fois, j’apporte une réponse différente, sans doute parce que je n’en ai pas vraiment, ou pas qu’une seule. J’aime surtout les personnalités derrière les looks, mais les deux sont toujours liés… J’aime beaucoup le style baroque de David Bowie ou de Jimmy Hendricks, par exemple. Et l’allure tomboy négligée-sale-gosse-mais-glamour-si-je-veux de Kristen Stewart. J’aime bien cette fille, aussi : c’est un OVNI à Hollywood, et j’aime bien les OVNIs.

Quel défilé t’as le plus fait rêver lors de la dernière Fashion Week et pourquoi?

Question difficile, parce que l’hiver prochain est à mon avis un très bon cru, et que j’ai eu plusieurs coups de cœur, sur des défilés très différents. Mais je vais dire Haider Ackermann, parce que je suis l’une de ses plus grandes fans, et qu’il puise son inspiration directement dans mon cerveau, c’est pas possible autrement. Le défilé Valentino était très inspirant lui-aussi, et puis bon, comme chaque année, je vendrais un rein pour m’offrir les folies à sequins d’Ashish (hélas, ils prennent pas les reins, au Printemps, juste la CB).

Si tu ne devais garder qu’une seule pièce dans ton dressing?

Sans hésiter une seconde : mon perfecto Balenciaga. Je l’ai depuis plus de dix ans, je m’étais littéralement saignée pour l’acheter, car il coûtait les deux-tiers de mon salaire mensuel de l’époque, mais je le porte tout le temps, et il est de plus en plus beau en vieillissant.

Quel est le fashion faux pas que tu assumes?

AH! Je ne suis qu’un immense fashion faux pas : un fashion saut en longueur. D’abord, parce que ce qui est un fashion faux pas aujourd’hui sera un statement demain, ensuite parce que c’est souvent ça qui signe une allure, et enfin parce que j’ai une grand tendresse pour les fautes de goût, qui traduisent une belle spontanéité. Donc je porte des robes de soirée en plein jour avec des Converse, du léopard de la tête au pieds, des sequins de la tête aux pieds, des maillots de bain en guise de body, des bodys… Je continue?

Un mot pour te décrire?

Curieuse.

Pour finir, peux-tu nous révéler une chose sur toi que personne ne sait?

Je fais très bien le pot-au-feu. Et la cuisine, en général.

Un grand merci à Fiona pour cette petite interview! Si vous aussi vous voulez lui faire un coucou ou découvrir son univers, c’est ici!
▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾
We can meet so many people in just one life: friends, professionnals, inspirations … Today, I wanted to talk about the virtual and very inspiring meeting of a talented fashion journalist working for Grazia, Fiona Schmidt. I first knew her while she was working for Be Magazine, more than two years ago. But I must say that I instantaneously loved her style when reading her posts. She’s got such a corrosive and catching humour. Fiona Schmidt has also got a huge charisma and an enormous fashion potential which she demonstrates on her blog. Presentation girls.
Where does your humour and irony come from?
From the postman? From the stork? Or from my father whith a deadpan sense of humour and a real gift to invent new expressions which have become some family’s classics. I also use them in a lot of posts: « être déchiré comme un drap de pauvre », « être rond comme une queue de pelle », « se coiffer avec les pattes du réveil »… They all come from him.
What do you like most about your job?
Absolutely everything : I’m doing what I’ve been wanting to do since I’m 8. But more than everything, I like learning, discovering things and people. I suffer from people-bulimia.
What’s your craziest dream?
Discovering India and staying there two months, alone with my cat. Unfortunately, I’m not sure that he’d like the back pack trip. I love travelling far away being alone : it’s the best way to feel disconnected with life and connected with people of the region. I’ll be leaving France for Peru in two weeks, without my cat, sadly … but I can’t wait to be there!
You’d better change your life with…?
Gisele Bundchen : I’d like to know what it’s like to have such a great body only eating natural seeds. And to order Chanel bags just as I order pizzas. The difference being that I pay for my pizzas.
Who’s your fashion icon?
I’m often asked the question and I answer differently everytime because I don’t really have only one icon. I especially like people who hide great personalities behind an outfit, these two aspects being linked. I really appreciate David Bowie’s or Jimmy Hendricks’s baroque style, for instance. But I also like Kristen Stewart’s tomboy négligée-sale-gosse-mais-glamour-si-je-veux style. I like this girl : she’s an UFO in Hollywood and I actually like UFOs.
Which show you liked most during Fashion Weeks and why?
That’s a hard question because next winter is going to be an excellent cru, in my opinion, and because I like a lot of different things from various shows. I’d say Haider Ackermann, I’m one of his greatest fans, he’s taking inspirations directly from my head, that can’t be explained by something else. Valentino show was also very inspiring and, as usual, I’d sell a kidney just to buy sequined beauties from Ashish (unfortunately, they don’t accept kidneys at Le Printemps, just debit cards).
If you should keep one thing in your dressing-room, which one would you choose?
My Balenciaga perfecto, without hesitating. I’ve been having it for more than ten years, I’d made sacrifices to buy it at the time (it costed the two thirds of my wages). But I’m wearing it again and again, it’s becoming more beautiful with time.
Which fashion faux pas are you proud of?
AH! I’m just a huge fashion faux pas : a fashion long jump. First, which is a faux pas today will be a statement tomorrow. Then, it’s often what makes an outfit unique. Finally, I find tenderness in fashion faux pas which express a nice spontaneity. That’s why I wear evening dresses with Converse, printed leopard from head to toe, sequins from head to toe, swimsuits as body, body as … Do I have to continue?
One word to describe yourself?
Curious.
Can you finally tell us something nobody knows?
I’m a good cook, I made a great pot-au-feu.
Thank you Fiona for this interview! If you want to say hello to her or discover her universe, just go there!
 Oliver Daldry – The Boy Who Fell
Publicités

Get lucky.

IMG_0347

IMG_0360

IMG_0378

– photos taken by Jérémy –

Jacket: Pimkie / Top: Pimkie / Clutch: Happy Coincidence ☁ / Jean: Zara / Boots: Old / Necklace: Mim

Vendredi, c’était le Printemps. Je doute que quelqu’un l’ait remarqué étant donné les nuages, la pluie et le froid. Je suis dépitée mais ça ne m’empêche pas de rester optimiste. Et puis autant dire la collection Valentino avec ces deux petites merveilles – je veux bien sûr parler de cet amour de robe et de ces amours de chaussures, ça fait beaucoup d’amour pour une phrase – me laissent doucement rêveuse. Ahhh, Valentino, mon amour.

Le Printemps m’ayant donc posé un lapin comme je disais, c’était aussi la journée du Bonheur. Bon d’accord, comment avoir l’humeur au beau fixe avec un temps pareil me direz-vous? Et bien il faut se motiver, le bonheur se cultive chaque jour – non, je ne me suis pas transformée en livre de recherche de réussite personnelle ou autre gourou -. Personnellement, je suis du genre à m’émerveiller pour un rien, du genre « Oh, le premier papillon de l’année », ou « Oh, mes pâtes ont écrit mon nom toutes seules ». Je vous rassure tout de suite, j’ai toujours 22 ans d’âge mental, ces phrases font partie des moments d’égarement. C’est juste que je préfère m’émerveiller chaque jour des petites choses de la vie plutôt que de faire la tête. Le bonheur est aussi fait de petits riens! Je serais curieuse de connaître les vôtres!

J’en profite pour vous présenter un petit look – qui a été totalement changé au dernier moment, je l’accorde, mais une jupe sans collants par trois degrés, c’est du supplice pour moi -. Et si vous vous souvenez bien de cet article, vous aurez sans doute reconnu la très jolie pochette Happy Coincidence de Chiara, parce qu’un bel objet peut aussi être un petit bonheur.

Psst, mon photographe est aussi en train de réaliser son deuxième court-métrage, si ça vous intéresse c’est ici. Et je ne sais pas si vous avez remarqué, mais j’ai ajouté une nouvelle catégorie, la suite bientôt!

▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾▾

We’ve been enjoying Spring for five days now. Okey, I’m sure that no one noticed it when seeing this cold and rainy weather. I’m feeling really impatient now, I just want a REAL Spring, not a disguised one, but I keep on going optimistic. This I can do when dreaming of Valentino, and more especially this lovely dress or these lovely shoes. I’m completely in love with all which is Valentino.

Spring having been standing me up, I started the day thinking about the fact that it was also the International Day of Happiness. But how can you be happy when it’s raining outside? It’s easy, you’ve to motivate yourself because happiness is just a matter of mind. For me, I’m happy in my own way and i’m always keeping my magic stark and retaining my capacity to be amazed when saying « Oh, the first butterfly! », or « Woo, my pasta wrote my name themselves! ». Be reassured, I’m always 22, these are just moments of madness huhu. I’m just loving feeling amazed every day contrary to people who pull a long face. Happiness is made of so many little things! I’ll be curious to know what is your little happiness.

I also wanted to show you my late outfit – which would have been different for the shooting, but wearing a skirt when it’s really really cold is a torture for me -. And if you remember this article, you’ll surely have recognised my lovely Happy Coincidence clutch, because a beautiful object can also be a little piece of happiness.

Psst, my photographer is also producing his second short film, if you’re interested, it’s here. And I also added a new category, stay tuned!

 The Kooks – Down